Prendre rendez-vous en ligneDoctolib

FAQ

Vos questions

Dans cette section, vous trouverez la majorité des réponses aux questions que vous pourriez vous poser concernant l’accompagnement en général et l’hypnose.

Si vous avez d’autres questions, n’hésitez pas à me contacter, je vous répondrai avec plaisir.

Les accompagnements s’adressent à toutes personnes dans une démarche de mieux être.

Cependant dans le cadre de ma pratique, je ne propose pas d’accompagnements pour les mineurs (enfants, adolescents).

Lors de mes accompagnements j’accorde une place importante à la notion du sens et à la dimension existentielle, ou comment l’humain s’inscrit dans son histoire et plus largement dans le monde.

Si le symptôme, ou « la partie visible de l’iceberg » est prise en considération, je pense que ce qui n’est pas visible doit également être pris en compte, interrogé et écouté.

La dimension existentielle interroge cet invisible, cet aspect plus profond et plus inconscient.

Elle permet de s’ouvrir à quelque chose de plus vaste, de se libérer des carcans de l’intellect, des croyances limitantes inscrites dans l’inconscient et que l’on croit nous définir de façon immuable.

En mettant du sens, on touche à une autre vérité, celle qui passe par la remise en question et la compréhension intime et émotionnelle des choses, une compréhension plus profonde de soi-même.

Pour un accompagnement en hypnose, la séance unique est possible et peut vraiment amorcer des changements intéressants, mais pour des résultats durables dans le temps, j’encourage à s’orienter vers un minimum de deux séances.

Parce que je privilégie un travail en profondeur et durable, je propose justement un suivi s’articulant autour d’une base de trois séances.

Dans certains cas, si c’est votre souhait et que cela est justifié, un suivi plus long dans le temps est possible.

La durée finale d’un accompagnement se fait autour de vous, de votre histoire, de ce qui se joue pour vous, de la place que votre problématique prend dans votre vie, de votre personnalité, de la manière dont vous évoluez.

C’est vous qui décidez quand l’accompagnement se termine et quand une séance supplémentaire est nécessaire.

Pour un accompagnement en EMDR, après une séance préalable nous permettant d’échanger sur votre problématique et de déterminer l’axe de travail à cibler, nous planifions entre deux à quatre séances, incluant phase de préparation et désensibilisation du poids émotionnel lié au traumatisme. Ce chiffre reste indicatif, il peut varier en fonction de ce que vous vivez pendant et entre les séances et de la manière dont vous évoluez.

Non. Vous restez conscient durant toute la séance car vous continuerez à penser, à entendre les sons autour de vous, tout comme vous pourrez parler, vous gratter, tousser ou vous lever à tout moment.

Je n’ai aucun pouvoir sur vous ou sur votre cerveau, je suis là pour vous accompagner et vous emmener là où vous décidez d’aller, vous ne prenez que ce qui est pertinent pour vous.

Non, l’intérêt de l’accompagnement n’a pas pour but de vous amener à vous dévoiler, mais au contraire d’augmenter le contrôle de vous-même par une meilleure connaissance de vos fonctionnements intérieurs, ce que vous comprendrez ou découvrirez de vous durant les séances n’appartient qu’à vous.

 

En général, les gens se sentent bien, comme soulagés, souvent plus détendus, bien que le but premier des accompagnements ne soit pas la relaxation.

Cet état de détente d’après séance n’est cependant pas une règle générale. Certaines émotions peuvent être « remuées » selon le thématique qui aura été abordée, mais toujours dans une perspective de mieux être.

Le vécu d’une séance est très personnel et sera différent pour chaque personne.

 

Malheureusement non. L’utilisation d’outils comme l’hypnose ou l’EMDR n’a rien de « magique ». 

Elle permet simplement de faire émerger les capacités d’auto-guérison présentes en chacun de nous. 

Elle vous met en relation avec vos ressources intérieures et vous aide à les mobiliser pour créer un changement durable et profond. 

Oui à partir du moment où vous l’acceptez et le décidez. On ne peut pas forcer une personne à entrer en transe si elle ne le souhaite pas.

L’hypnose est de l’auto-hypnose avant tout, c’est à dire un phénomène naturel que vous vivez par mini-séquences chaque jour sans vous en apercevoir et qui va simplement être retrouvé et approfondi en séance. 

En plus de l’importance de la relation de confiance avec l’accompagnant, il y a aussi une notion de réceptivité.

Certaines personnes entreront plus rapidement que d’autres en état de transe, pour d’autres il faudra un peu plus de temps, voire beaucoup de temps. Il n’y a pas une façon unique ni une bonne façon d’être en transe. Selon chacun, l’état d’hypnose sera plus ou moins profond, cela peut varier mais n’empêche pas l’efficacité du travail. 

 

Non, car vous ne dormez pas. Cependant parfois, de la même manière que l’on ne souhaite pas qu’un rêve agréable se termine, il est possible d’avoir du mal à quitter cette connexion à soi qui peut être très intense. Je prends toujours le temps et les précautions nécessaires au moment de la sortie de transe, pour que cette transition se fasse en douceur pour vous.

En état d’hypnose, bien qu’étant dans un autre état que votre état de conscience habituel, vous ne serez pas complètement passif.

Il peut y avoir  des périodes de silence, pour autant je vous invite à parler régulièrement ou à faire des petits gestes pour exprimer ce que vous ressentez ou ce que vous vivez à un instant « T ».

Nous restons en interaction tout le long de la séance comme nous le ferions si nous avions une conversation « normale ».

Bien qu’une part de la communication se fasse à un niveau inconscient, votre conscient et votre inconscient font partie de vous : c’est de vous dont il s’agit, et ce « vous » participe au travail qui est fait en séance.

Non, bien que l’état de transe soit un état modifié de conscience au même titre que le sommeil, ce n’est pas le sommeil. 

Vous ne perdez pas totalement conscience de ce qu’il se passe à l’extérieur comme lorsque vous dormez, même si votre rapport à la réalité peut être modifié. Cela ressemble plutôt à un état de demi-veille mais dans lequel vous êtes particulièrement vigilant et attentif.

 

Oui, la plupart des personnes se souviennent de la majeure partie de la séance.

Comme dans toute conversation il peut y avoir des éléments dont vous allez vous rappeler plus que d’autres. 

Non, elle est d’ailleurs utilisée par le corps médical dans le cadre du soin ou de l’anesthésie, elle ne présente pas de danger dès lors qu’elle est utilisée avec éthique et respect de la personne.

 

Oui. Si l’hypnose en elle-même ne présente pas de danger, son utilisation est fortement déconseillée avec des personnes souffrant de troubles psychiatriques : schizophrénie et troubles dissociatifs, psychose maniaco-dépressive, paranoïa, dépressions mélancoliques…

L’hypnose est un outil d’accompagnement pouvant induire des changements intérieurs profonds et soulever certaines émotions, il est préférable de ne pas l’utiliser, hors du cadre médical, avec des personnes souffrant de telles pathologies psychiatriques.

Téléchargez votre audio d'hypnose offert

Goûtez à un concentré de pure détente hypnotique, conçu pour vous apaiser en profondeur et vous aider à retrouver paix et sérénité dans votre journée ou le soir avant de dormir.

Goûtez à un concentré de pure détente hypnotique, conçu pour vous apaiser en profondeur et vous aider à retrouver paix et sérénité avant de dormir.